Actualités

mar, 22/01/2013

bandeau_assises_qa__web_trx_prepa.jpg

Afin de préparer les 2èmes Assises nationales de la qualité de l’air qui auront lieu les 23 & 24 octobre 2013 à Paris, les ministères chargés de la santé et du développement durable ont organisé, avec le soutien de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie et de l’Institut des sciences de l’Univers du CNRS, les ateliers préparatoires scientifiques « pollution par les particules : impacts sur la santé, l’air et le climat ». Ces ateliers, articulés autour de présentations scientifiques et tables rondes, se sont déroulés à Paris les 13 et 14 novembre 2012.

lun, 10/06/2013

Courant 2013, le LCSQA publiera un rapport sur l’évaluation des moyens métrologiques concernant la surveillance de l’acétaldéhyde en air intérieur. Ce travail fait suite à une étude bibliographique publiée par le LCSQA en 2012. Classé parmi les polluants majeurs de l’air intérieur, de par ses effets sanitaires et la multiplicité de ses sources, il a été constaté que les concentrations de l’acétaldéhyde sont plus élevées dans les environnements clos qu’en air ambiant. C’est à ce titre que l’ANSES proposera prochainement des valeurs guides (VGAI).

lun, 10/06/2013

Ce document a été réalisé dans le but de fournir aux opérateurs de la surveillance un guide d’application concernant la stratégie d’échantillonnage à mettre en œuvre pour la mesure du formaldéhyde et du benzène. Il permet également de positionner les résultats obtenus par rapport aux valeurs de référence et constitue un complément du référentiel COFRAC LAB-REF30.

jeu, 06/06/2013

Le LCSQA a récemment organisé, en partenariat avec ATMO Franche Comté, des essais d’intercomparaison de polluants réglementés (CO, SO2, O3, NO et NO2) pour les laboratoires mobiles d’AASQA.
Cet exercice permet de vérifier le respect des exigences réglementaires(1) du niveau d’incertitude des mesures à des concentrations spécifiques et contribue au processus général d’amélioration de la qualité des mesures.
Ces dernières années, le dispositif français a démontré sa performance en se positionnant en deçà du seuil exigé par la Directive pour les polluants réglementaires (15%).