Description du programme CARA du dispositif national de surveillance de la qualité de l'air

Informations

Type de documents : 
Référentiel technique national
Année programme : 
2014
Auteurs : 
O. Favez
Nom de l'organisme : 
INERIS
Catégorie : 
Metrologie normalisation et assurance qualite
Thématique : 
Polluants particulaires et caractérisation chimique
Mots clés : 
Référentiel technique national ; CARA ; spéciation chimique ; Particules (PM) ; implantation ; stratégie

 

Ce document fait partie du référentiel technique national, conformément à l'arrêté du 19 avril 2017 relatif au dispositif national de surveillance de la qualité de l'air.

 

Cette note propose une description synthétique du programme CARA (CARActérisation chimique des particules) mis en place en 2008, à l’initiative du LCSQA, pour répondre à une forte demande du ministère et des AASQA :

·         de documenter la nature des principaux épisodes de pollution particulaire d’ampleur nationale

·         d’identifier et quantifier les principales sources de PM à l’échelle (pluri-)annuelle, sur différents points du dispositif national

·         de servir de référence pour l’optimisation des modèles

·         d’assurer un transfert de compétences et de connaissances de la recherche vers l’opérationnel

Ce programme est basé sur la spéciation chimique des particules selon deux approches complémentaires :

 

1) A partir de prélèvements sur filtres PM10 sur une quinzaine de stations (urbaines, majoritairement) du dispositif national.

    Points forts : taille du dispositif, implication des AASQA, diversité des paramètres mesurés

    Points faibles : lourdeur et coût des analyses, délais de réponse (2-3 jours à plusieurs mois)

 

2) A l’aide d’analyseurs automatiques (en cours de mise en place).

Points forts : rapidité de réponse (« quasi temps réel »), variations temporelles fines des polluants, en lien avec l’évolution de leurs sources « anthropiques »

Points faibles : coûts d’investissement, sélectivité des mesures

Les principaux points d’amélioration de ce programme portent sur le renforcement du dispositif automatique en complément du dispositif manuel, la structuration du partage des informations dans le cadre d’un accord national collectif volontaire, et la valorisation des résultats obtenus.